"Shunga" (2020)

21,7x29,5x0,1 in ~ Peinture, Acrylique


Contact

Peinture acrylique sur papier épais. Cette peinture est la 3ème d'une série de 10.

"Shunga" est un terme japonnais qui signifie: "image du printemps". Il désigne les gravures érotiques trouvant leur âge d'or durant l'ère Edo (1600-1868). Cette peinture est née d'un rapprochement entre plusieurs faits divers de couples surpris à coïter en pleine rue et le livre d'Aldous Huxley : "le meilleur des mondes".

La lumière est franche, le soleil presque au zénith, le ciel clair et sans nuage tend au turquoise : rien ne peut se cacher sous une telle lumière. Ce même ciel aux variations turquoises, présent dans les 5 premières peintures de la série déjà réalisé et qui sert de fil rouge, est un ciel côtoyé dans mes rêves. Les bâtiments existent tous et ont été croqué pendant mes longues balades à travers la ville de Saumur. Le soleil permet de se repérer dans le temps à l'intérieur de cette série, et les bâtiments permettent quant à eux de se repérer dans l'espace.

Cette penture parle aussi de la fin de la vie privée annoncé par les nouvelles technologies et accepté par beaucoup comme normal. Quoi de plus intimes que nos ébats amoureux ? Tous sont filmés par un écran, un drone, une tiers personne ... Mais personne ne semble s'en inquiéter. Les petits personnages en bas de peinture, sont des playmobils au crâne vide, qui font échos aux Deltas et aux Epsilon travailleur petits et laids programmés pour des fonctions manuelles. Ils sont la plus basse des castes du meilleur des mondes, un monde devenu sans culture, sans histoire et sans esprit critique.

Finalement la pornographie n'est que formelle et prétexte pour moi à l'expérimentation d'effet visuels et de coloration.

Acrylic paint on thick paper. This painting is the 3rd in a series of 10.

"Shunga" is a Japanese term which means "image of spring". It refers to the erotic engravings that found their golden age during the Edo period (1600-1868). This painting is the result of a comparison between several news items of couples surprised to coexist in the street and Aldous Huxley's book: "the best of all worlds".

The light is frank, the sun almost at its zenith, the sky clear and cloudless tends to turquoise: nothing can hide under such light. This same sky with turquoise variations, present in the first 5 paintings of the series already done and which serves as a red thread, is a sky that I dream about. The buildings all exist and were sketched during my long walks through the town of Saumur. The sun allows you to find your way in time within this series, and the buildings allow you to find your way in space.

This hinge also speaks of the end of privacy heralded by new technologies and accepted by many as normal. What could be more intimate than our lovemaking? All are filmed by a screen, a drone, a third person ... But nobody seems to care. The little characters at the bottom of the painting, are playmobils with empty skulls, echoing the small and ugly working Deltas and Epsilons programmed for manual functions. They are the lowest caste of the best of worlds, a world that has become without culture, history and critical thinking.

In the end pornography is only formal and a pretext for me to experiment with visual effects and colouring.

Ajouté le

Disponibles en impressions d'art à partir de 19 €

Reproductions, Impressions sur toile, Impression sur métal

Commander une impression

 

Disponible en fichiers numériques à partir de 30 €

Acheter une licence

 

Créé avec Artmajeur